Le révolutionnaire

Tel un souvenir,
En terres lointaines d’un espace sans conscience
Qu’est l’esprit de la providence.
Je vois l’avenir

Feindre la lumière de feu le grand architecte,
Impatienté par un troupeau
Targuant l’oripeau
D’un guerrier escobar que personne ne suspecte.

Il brise les crânes ennemis
De l’outre tombe,
Insuffle l’eau de vie, brave la douce colombe                                   Pour prendre le temple
A la santé de ses amis                                                                   L’outrager, le laver comme l’on fonde un exemple.

Publicités

A propos Voda

Flâneur, contemplatif, je m’égare Réjoui sur tous les chemins du hasard. Aventurier par tous les temps à perdre, Nous irons dormir à l’ombre d’un cèdre, Charmante vie que j’aimerais à mort, Karma, pensée, livrés à leurs sorts.
Cet article, publié dans culture, philosophie, poésie, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s