HTTP 404: File not Found

Si le chant charrie l’espace nouveau
De l’éternel incantation du verbe
Tel l’avatar semblable au bel agneau
Que le hasard guide de sa superbe.

Alors les synapses se font nerveux
Et les regards jetés sur la résille
Se déchainent en objets généreux.

Ah! C’est si bon quand la carne croustille.
Nul mobile, nulle berlue sonore…
Ne peut fondre l’aspirant au signal.
Du moindre contact nait la métaphore
Et de l’éther, un braille machinal.
Ainsi l’éclat sur le voile blanc;
Mêle le doux détachement de l’être,
Et la sensation d’un souffle troublant
Qui livre les choses que l’on n’ose émettre.

A l’image d’un entretien antique,
Il tisse un drôle de manuscrit
Que formulera l’ange électronique.

C’est l’amour! Car il parle et il s’écrit.

Publicités

A propos Voda

Flâneur, contemplatif, je m’égare Réjoui sur tous les chemins du hasard. Aventurier par tous les temps à perdre, Nous irons dormir à l’ombre d’un cèdre, Charmante vie que j’aimerais à mort, Karma, pensée, livrés à leurs sorts.
Cet article, publié dans culture, philosophie, poésie, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s