Symptômes

Au début de la tentation,
L’exquise Nature
Changea le créateur en créature
L’oeuf en filiation…
Puis le paradis en souffrance…
Sans rien sauf l’errance
D’une cohue en désarroi.
La foule s’emporte
Dans l’ignorance de la sorte.
Mon Dieu! Quel effroi!
Tout ce vivant quasi stérile
A l’égal nombril
Ne se donne ni chaud ni froid.
Cette indifférence
Enchaîne le tout un chacun.
Nul ne fait le bien…
Le mal non plus (en apparence)
Car le feu, la peur…
Figent ce monde fossoyeur
Soumis, vulnérable…
En manque et en quête d’amour
D’un temps sans retour,
Aspiré vers l’irrémédiable
Code du Talion
Qui rend selon l’oeuvre, la mission
Du seigneur en diable.
Ainsi va la vie vers son sort!
Faut-il être sage?
La tourbe humaine en mirage
Se décline à mort.
La folie pour les pacotilles,
Et autres broutilles
En exemple au coeur des enfants,
Affranchit la masse
Du doute vers la douce impasse
Des concepts triomphants.
Elle flatte les bas instincts vulgaires,
Et Chéri la guerre
Partout pour servir les fieffants!
Publicités

A propos Voda

Flâneur, contemplatif, je m’égare Réjoui sur tous les chemins du hasard. Aventurier par tous les temps à perdre, Nous irons dormir à l’ombre d’un cèdre, Charmante vie que j’aimerais à mort, Karma, pensée, livrés à leurs sorts.
Cet article a été publié dans culture, philosophie, poésie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s