L’être cher

L'être cherL’un pleure et l’autre l’implore,
Ils mirent les cimes tiers,
Et regardent passer les hiers
Aux douleurs de passiflore.

Dans l’abandon, les remords
Deviennent ainsi des prières.

Et de fenêtres meurtrières
En gâchis de Corridors…
Sonnent les tristes violons.
Partout l’être cher en tremble.

Voilà l’heure repentance,
Toujours les sanglots longs…
Sur l’oubli de notre ensemble
Tel une vivrière en souffrance!

Publicités

A propos Voda

Flâneur, contemplatif, je m’égare Réjoui sur tous les chemins du hasard. Aventurier par tous les temps à perdre, Nous irons dormir à l’ombre d’un cèdre, Charmante vie que j’aimerais à mort, Karma, pensée, livrés à leurs sorts.
Cet article, publié dans culture, philosophie, poésie, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s