Science de Dieu

Hier au berceau de croyance
Pré-sapiens dans son jardin
Attendri par son enfance
Se saisi du bleu Chartrain

Pour consacré le funéraire
En couronnes de Lotus

Nul ne le sait c’était hier.

Hiéroglyphes, vieux rébus.
Héritage pour myopes
Ou sirop supertitieux
De l’au-delà nyctalope
Et des gourous ambitieux

Toujours l’équivoque plane.

L’emmerdant dans tout cela

Lhomme adore la banane
La lune et le tralala

Même s’il envoie des sondes
Vers l’inconnu, l’infini
La vue demeure inféconde
Et embrouillamini.

Publicités

A propos Voda

Flâneur, contemplatif, je m’égare Réjoui sur tous les chemins du hasard. Aventurier par tous les temps à perdre, Nous irons dormir à l’ombre d’un cèdre, Charmante vie que j’aimerais à mort, Karma, pensée, livrés à leurs sorts.
Cet article a été publié dans culture, philosophie, poésie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s