Effroi

La masse avance en délice
Dans le cactus des intentions
De chimères en religions
La démocratie pour calice

Et elle tourne sans réponse.
Sa robe en éternel procès
En prêchi-prêhas et versets
La majorité pour semonce.
Dangereuse est la connaissance
Dès qu’elle accède en vérité
Au nombre par nécessité.
L’origine de l’art fait science.

Ainsi sans Dieu, Ainsi sans diable.
Plus de paradis, plus d’enfer.
Rien qu’une fumée sans incendiaire
Et au suivant, c’est effroyable.
Publicités

A propos Voda

Flâneur, contemplatif, je m’égare Réjoui sur tous les chemins du hasard. Aventurier par tous les temps à perdre, Nous irons dormir à l’ombre d’un cèdre, Charmante vie que j’aimerais à mort, Karma, pensée, livrés à leurs sorts.
Cet article, publié dans culture, philosophie, poésie, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s