Le lait des couleuvres

J’aime ce fluide éclair

Qui filtre le lait

Des couleuvres

En parabole.

Il m’annonce toujours

L’orage éclairé

Et de dessein feutré

En variante Lactée…

Je l’avale pour muée

A la fontaine des fabulistes

Et des sornettes reptiliennes.

 

 

 

Publicités

A propos Voda

Flâneur, contemplatif, je m’égare Réjoui sur tous les chemins du hasard. Aventurier par tous les temps à perdre, Nous irons dormir à l’ombre d’un cèdre, Charmante vie que j’aimerais à mort, Karma, pensée, livrés à leurs sorts.
Cet article, publié dans culture, philosophie, poésie, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Le lait des couleuvres

  1. jobougon dit :

    Tiens, il me rappelle quelque chose celui-là !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s